On l’avait quitté à contre-cœur lors de la dernière Gamescom (nos impressions ici), Anno 2205 s’est heureusement remontré à nous sous une forme plus complète à quelques jours de sa sortie, prévue pour le 3 novembre prochain. Un titre qui (re)prend le pari d’évoluer dans le futur et de faire s’envoler les joueurs vers les sommets.

Sans surprise, le jeu se déroule en 2205 (oui hein?!) sur une Terre en crise énergétique. Associé à une faction, le joueur va devoir se dépatouiller de cette situation et tenter le tout pour le tout en direction de la Lune, astre regorgeant de matières premières. Une longue ascension qui commence pourtant bel et bien sur notre bonne vieille Terre.

Anno2205_Port_Area_big

C’est d’ailleurs sur cette dernière que nous avons passé la totalité de notre temps de jeu, entre des îles paradisiaques sentant bon le sable chaud et les forêts de pins et l’Antarctique, royaume des engelures et des pieds froids. Le contraste est saisissant et les situations de gameplay varient en fonction des lieux. Il faut aménager son environnement différemment selon la zone. Ces petites astuces permettent de rendre crédible la disposition des bâtiments. En Antarctique, il ne faut pas trop éloigner ses maisons les unes des autres, sous peine de voir ses petits habitants vivre congelés. On commence ainsi par améliorer ses premières infrastructures, à disposer ses bâtiments et à collecter quelques menues ressources afin de se lancer dans des expéditions plus conséquentes. Tout est fluide, facile d’accès et rapide, les routes se (dé)construisent en un clic etc. Tout est pensé de manière logique: des carrières offrent des métaux, l’eau de mer permet d’être utilisée afin de satisfaire la population etc. Chaque bâtiment a sa fonction et son emplacement.

Anno2205_Arctic_Tier01_Estate_big

Les ressources primaires sont nécessaires à la bonne marche de votre petite société de début. Il faut donc rendre prioritaire certaines fonctions avant de s’éparpiller dans des constructions plus coûteuses et forcément moins vitales. De toute façon, le système mis en place par Blue Byte limite grandement les dépenses en début de partie, ce qui permet d’appréhender les mécaniques avec légèretés et facilités. Petit à petit, le spatioport, premier bâtiment, peut ainsi être amélioré, ce qui propulse le joueur dans une seconde zone de gameplay. Avant de partir pour la Lune, il faudra d’abord coloniser l’Antarctique. Pour cela, une carte interactive permet de gérer ses colonies, de les connecter et d’ainsi échanger librement des ressources. De quoi satisfaire les joueurs les plus méticuleux.

Outre la gestion des ressources et le développement de ses bases, Anno 2205 introduit des mécaniques de RTS grâce à des missions spéciales. Il s’agira, dans un premier temps en tout cas, de diriger certains navires de guerre dans des missions scénarisées et de récolter des ressources en accomplissant les objectifs demandés, à savoir détruire la flotte adverse. Ces petites missions, sans être d’un intérêt particulier, permettent au joueur de respirer et de varier le gameplay. On y voit là non pas une maladresse comme cela pouvait l’être dans The Settlers mais simplement la volonté d’offrir des situations variées, ce d’autant que les ressources récupérées sont plutôt intéressantes pour le développement de vos bases.

On ne vous le cachera pas très longtemps, ce prochain Anno s’annonce vraiment excellent. Qu’il s’agisse graphiquement ou dans ses mécaniques de gameplay, Anno 2205 semble se réinventer sans oublier ses fondamentaux. On sent que Blue Byte a beaucoup appris d’Anno 2070 et tente de produire en cette fin d’année un jeu d’une qualité équivalente sur tous ses aspects. De quoi réjouir les amateurs du genre.