Après avoir seulement pu assister à la conférence Microsoft à travers un stream qui ne semblait pas vouloir arrêter de freezer sur notre connection wifi, j’ai officiellement débuté ma Gamescom en participant à la conférence EA.

Je n’en attendais pas beaucoup d’eux: entre l’interview de Pelé, les jeux de sport à la pelle et l’infinité de Plant vs Zombie, j’avais trouvé la conférence de l’E3 absolument désastreuse, même si avec du recul, il faut avouer que de bons jeux ont été présentés. C’est sûrement pour cette raison que je suis parti de cette conférence de la Gamescom relativement impressionné. Comme pour la plupart des autres éditeurs cette année, la Gamescom a été pour EA une occasion de montrer plus de contenu des jeux déjà connus plutôt qu’une opportunité de dévoiler de nouveaux projets. Un peu décevant certes, mais les présentations ont titillé mon intérêt pour la plupart des titres montrés.

Need for Speed

Alors que l’on espérait voir du gameplay avec une caméra qui ne nous ferait pas vomir, la présentation de Need for Speed s’est concentrée sur les cinq styles de conduite liés à leurs célébrités de la street racing respectives. Bien qu’il soit intéressant qu’un jeu de course propose ce qu’on appellerait communément des “builds” dans un RPG, l’insistance montrée envers les personnalités connue et les vidéo live action était un peu irritante.

Mirror´s Edge: Catalyst

Nous avons eu droit à une mission complète du nouveau Mirror’s Edge, l’occasion de se rendre compte de la fluidité des déplacements, de la beauté des environnements, que EA est très fier d’avoir un protagoniste féminin et que le monde ouvert promis risque de ne pas fondamentalement changer grand chose.

Les Sims 4

Je n’ai pas vraiment envie de parler des Sims 4, mais plutôt du flop magistral qu’a subi leur équipe marketing. Il n’est pas de vraie conférence EA sans moment embarrassant.

Le nouveau messaging des Sims est basé sur le hashtag #yourule qui met en avant la capacité du joueur à contrôler les vies de leurs habitants virtuels. Cette idée a été réutilisée pour “transformer la conférence de presse en une fête”. Une fête qui s’est déroulée devant un public complètement indifférent et dont le seul souhait était qu’elle se termine le plus rapidement possible.

Plants vs Zombies : Garden Warfare 2

Un des rares cas où nous avons pu assister à l’apprentissage de ses erreurs d’un éditeur. A l’E3, PvZ: Garden Warfare 2 a été présenté comme un grand jeu dont tout le monde se réjouissait alors que cette fois le message s’est redirigé pour nous convaincre qu’il était simplement un jeu digne de notre temps.

Unravel

A l’E3, Unravel a fait parler de lui en grande partie grâce à son développeur stressé et gêné sur scène. Alors qu’on avait déjà été conquis sur la personnalité et l’esthétisme du jeu, nous n’avions pas encore vu de gameplay intéressant. Problème résolu avec cette vidéo d’un niveau ingénieux aux puzzles efficaces.

Star Wars: Battlefront

Comme je suis parti pendant la présentation de FIFA, nous allons considérer celle de Battlefront comme la clôture de la conférence, et quelle fin !