Nintendo, comme à son habitude, nous a reçu royalement durant une heure afin de présenter sa gamme de jeu Wii U. Si l’accueil était chaleureux, les jeux, eux, nous ont tout de même refroidi. Sans être terriblement mauvais, le line up de l’éditeur nippon manquait cruellement d’audace. 

Super Mario Maker

Super Mario Maker était clairement le fer de lance de Nintendo. Prévu pour le 11 septembre prochain, ce jeu de création de niveaux dans l’univers Mario n’a pas l’étoffe d’un produit phare. Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas intéressant, au contraire, simplement qu’il ne mérite peut-être pas autant d’attention. Super Mario Maker permet donc de créer et de jouer des niveaux. 68 stages seront directement implémentés au jeu de base, histoire de montrer de quoi est capable l’éditeur de niveaux. Ce sera ensuite à la communauté de prendre le relais et mettre en ligne gratuitement ses propres créations. L’éditeur fonctionne bien grâce au gamepad intelligemment utilisé. On déplace des objets au stick et on les modifie avec les options. C’est simple et efficace.

Le système gère également la difficulté des stages, sachant qu’il est impossible de mettre en ligne un niveau “impossible”. Il faut pouvoir le terminer pour qu’il soit jouable par tout le monde. Et plus un niveau est terminé par la communauté, plus il est catégorisé “facile”. Un système sobre qui évitera beaucoup de frustration. Nintendo s’est aussi attardé sur certains sprites de personnages qui n’existaient pas en 8 bits, ce qui élargit encore un peu plus les possibilités créatrices. Super Mario Maker s’annonce comme un bon jeu solo mais reste relativement annexe comparé à ce que Nintendo peut faire. Le problème vient surtout du fait qu il a été présenté comme le gros jeu de cette Gamescom, ce qui, entre nous, signifiait tout simplement que Nintendo n’avait rien à montrer.


Star Fox

Nous avons mis la main sur le dernier jeu polémique de l’E3. Starfox en avait sûrement étonné plus d’un au regard de sa qualité graphique. De près, il faut avouer que les animations et le design global proposent quelque chose de plus léchés mais rien ne nous enlèvera de la tête qu’il ressemble étrangement à un jeu d’une génération antérieure (si ce n’est deux générations). Ceci dit, Star Fox possède deux points forts: l’utilisation du gamepad comme viseur grâce à l’écran de ce dernier et le fait d’alterner phases en vol et phases au sol. En dehors de cela, Star Fox manque d’originalité et semble très vite rattrapé par de vieilles mécaniques datant de Rebel Assault. L’impression donnée reste extrêmement décevante, d’autant que pour l’instant il n’existe pas de mode coop. On attendra tout de même sa sortie définitive pour confirmer ou infirmer ces premières sensations, mais c’est de loin pas gagné.


Xenoblade Chronicles X

La bonne surprise est venue de Xenoblade Chronicles X. Bien qu’une présentation de dix minutes d’un jeu qui comptera plus de 300 heures n’est pas représentative, Xenoblade Chronicles X impressionne sur les quelques aspects que nous avons pu voir. Tout d’abord d’un point vue visuel, la Wii U semble tenir le choc graphiquement. La distance d’affichage est profonde et les décors, certes un peu monotones sur la zone que nous avons vu, sont très travaillés. Cinq continents forment l’espace de jeu. “Gigantisme” est sans doute le mot qui marque l’esprit lorsqu’on est confronté à Xenoblade Chronicles X: de par sa taille mais aussi de par les monstres combattus. Ces derniers traversent la carte du jeu en tout tranquillité, prenant pour certains la moitié de l’écran tant ils apparaissent grands. Malheureusement, vu que le jeu est déjà sorti au Japon, les combats un peu mous ne risquent pas de s’améliorer. Dommage. Mais nous restons tout de même sur une bonne impression. Seule la durée de vie, gigantesque elle-aussi, en rebutera plus d’un.


Mario Tennis Wii U

Les manettes ne marchaient pas. Forcément. Je vous dis ça parce que j’ai perdu. Mais elles ne marchaient vraiment pas. Sans mauvaise foi aucune ! Mario Tennis Wii U, c’était marrant cinq minutes, mais je n’y jouerais pas plus. Déjà, l’impression de mollesse du titre ne rendait pas très nerveuse l’action sur le terrain. De plus, toutes les 30 secondes, un bonus venait grandir un personnage, visible à travers une courte cinématique, ce qui a eu pour don d’arrêter totalement le match. Confus, pas très sexy et finalement pas très drôle non plus, Mario Tennis Wii U devra encore travailler à l’entraînement avant de gagner le grand chelem.

Si Nintendo reste l’éditeur qui a le stand le plus sympathique et les rendez-vous les plus chouettes à avoir, les jeux présentés cette année n’ont pas forcément tous été à la hauteur. Super Mario Maker ne sera pas mauvais (comment pourrait-il l’être?) mais n’est de loin pas ce grand jeu qui fera vendre des Wii U à la pelle et sur lequel tous les regards doivent être tournés. Intéressant, intriguant, mais relativement annexe, voilà comment le qualifier. Seul Xenobalde Chronicles X sort du lot en ayant véritablement mis une claque graphique sur nos petits yeux collés. Diable ! la Wii U semble pouvoir gérer un monde ouvert énorme (je me demande combien de GTAV peut-on mettre dans XCX). Les combats sont juste un poil moins nerveux qu’attendus pour donner à ce titre une dimension supérieure. En attendant, il reste la bonne surprise de cette Gamescom, à l’inverse de Star Fox et de Mario Tennis Wii U, qui ne nous ont que très peu emballé, voire pas du tout.