A la Gamescom, l’avantage d’avoir un badge presse et des rendez-vous dans la zone du même nom, interdite au commun des mortels, est que l’on a souvent droit à un accès plus direct et plus « intime », dirons-nous, aux jeux. Pas besoin de devoir se farcir des heures d’attentes afin de voir une misérable vidéo commentée que l’on a déjà vue sur youtube une semaine auparavant.

Cependant, tous les rendez-vous ne se passent pas manette en main et contrairement aux idées reçues, il n’y a pas que les gros éditeurs qui convient du monde en zone presse pour leur vendre du rêve à l’aide d’une présentation Power Point. C’était aussi le cas du studio Perihelion Interactive, les développeurs de « The Mandate », un jeu d’exploration spatiale dont la sortie devrait avoir lieu d’ici à l’été 2016, édité par Nordic Games.

M-Jump-Gate_1080

The Mandate vous met dans les bottes du capitaine d’un vaisseau spatial traversant la galaxie et dont l’équipage évoluera et deviendra plus fort au fil des combats et des différentes rencontres que l’on fera sur le chemin. Les développeurs sont partis du principe que les jeux de ce genre se concentraient toujours, ou presque, soit sur les combats spatiaux, ou plutôt le vaisseau en lui-même, soit sur l’équipage et leur petite vie sociale, mais jamais sur l’interaction entre ces deux entités. C’est donc, selon leurs termes, leur objectif. Donner autant d’importance au gros vaisseau qu’à ceux qui l’occupent.

Afin de donner vie à cet univers, Perihelion Interactive s’est attelé à écrire un background historique sur plus de 1500 ans et qui inclut aussi bien des intrigues politiques, des empires spatiaux à grande échelle que des histoires plus confinées prenant place dans les recoins d’une galaxie perdue.

Si j’en crois les documents Power Point qui ont été montrés, le jeu est particulièrement ambitieux. Il inclura aussi bien des éléments de RPG, comme l’évolution et la customisation de son vaisseau et de son équipage dévoué, que des éléments plus stratégiques avec des aspects diplomatiques ou politiques. Il offrira aussi du combat spatial et même des phases en style STR lorsque l’on choisit de partir à l’abordage d’un vaisseau ennemi avec son équipage.

Le tout sera arrosé de choix constants dont on nous a promis qu’ils ne feront jamais intervenir un simple système de bien ou de mal, mais seront plus aléatoires et indirects dans leurs conséquences. Comprenez que chaque choix pourrait bien vous revenir dans la figure si le jeu en a l’envie soudaine. Un peu comme dans FTL dirons-nous, mais les développeurs ne goutant pas beaucoup de la comparaison, on se gardera de trop la faire.

Seulement voilà, tout cela sonne très bien, mais on reste au niveau de la présentation power point déroulant des listes de promesses page après page. Le seul élément un peu « concret » que l’on nous a montré fut un montage de séquences de gameplay prises durant les phases RTS du jeu qui semblaient d’ailleurs un peu brouillonnes. Il est simplement trop difficile de se faire une quelconque idée sans pouvoir poser ses mains sur le clavier et la souris. A ce stade, The Mandate est rempli de belles promesses qu’il va maintenant falloir tenir. Espérons que ça soit le cas, car les promesses sont définitivement alléchantes. Mais en l’état, je n’ai pas la moindre idée de ce à quoi tout cela ressemblera au final. Nul doute que les dizaines de milliers d’alpha et de beta-testeurs que les développeurs ont amassé grâce à une campagne Kickstarter un peu tardive pourront bientôt nous en dire plus.

Mathieu Lanz