Sony n’était pas présent à la Gamescom. C’est ce qu’on a voulu nous faire croire, mais on nous l’a fait pas à nous. Uncharted 4 et Horizon: Zero Dawn, les deux grosses superproductions de la Playstation 4, se cachaient (mais pas tant que ça) dans les Halls publiques où nous avons dû nous rendre pour (re)voir des séquences de l’E3. Deux jeux AAA, deux approches différentes.

Uncharted 4 – “Vous n’avez pas Internet en Europe?”

Ils sont drôles les Américains. Je vous dis ça parce qu’on était à la présentation d’Uncharted 4 et qu’on a vu exactement la même séquence que celle présentée un mois et demi plus tôt à l’E3. Autant vous dire que l’intérêt était tout relatif. Heureusement, un barbu et un chauve de chez Naughty Dog ont gentiment accepté de répondre aux questions d’une horde de journalistes quelque peu frustrée de devoir recycler une vidéo youtube comme news. On apprend donc qu’il y aura différents environnements, en passant de la jungle à Madagascar. Entre nous, cette information gratuite porte autant d’intérêt qu’un top 10 Gameblog puisque ce sont les deux seuls lieux aperçus dans les trailers. Ceci dit, les développeurs ont tout de même su apporter certaines précisions. Nathan Drake sera le seul personnage jouable, le jeu est en production depuis cinq ans et alternera entre phase d’action pure et passage plus libre où il sera possible de choisir de s’infiltrer au nez et à la barbe d’une IA mal rasée au lieu de tout faire péter. Finalement, le multijoueurs est actuellement en bêta test à l’interne du studio. Une vidéo youtube, trois questions et 45 minutes plus tard, voilà ce qu’on peut dire sur Uncharted 4: pas grand chose.


Horizon: Zero Dawn – Post post post post apocalyptique.

Horizon, on va raccourcir, c’est ce jeu qui a fait rêver tout le monde à l’E3. Un jeu beau dans un univers original et un monde post-post apocalyptique extrêmement séduisant, le tout mélangé avec un scénario mêlant des tribus d’humains primitifs à des animaux-machines ayant des ressources nécessaires aux premiers. Un jeu qui sent bon la nouveauté et l’expérience géniale. La séquence de la Gamescom était à quelques détails près identique à celle de l’E3, ce qui n’était pas gênant puisque le combat entre l’héroïne et le monstre de fer différait. En quelques instants, Horizon a su capter l’attention d’un parterre de journalistes pour le faire s’évader d’une Gamescom appauvrie : un voyage rêveur dans un monde qui semble repousser de plus en plus les limites de l’imagination.

Commenter la séquence (pré-alpha) n’aurait pas grand intérêt sans les explications pointues d’un développeur, c’est pourquoi je préfère vous donner quelques informations glanées au fil des questions. Horizon n’aura pas de multijoueurs ni de mode coop, l’équipe de développement préférant se concentrer sur l’histoire d’Aloy, une jeune chasseuse amenée à survivre au sein d’une tribu. Pour ce faire, elle devra créer de l’équipement, collecter des ressources et sans doute se doter de compétence puisqu’il a été confirmé qu’Horizon serait un RPG action. Les animaux-machines interagissent entre elles, tout comme les différentes tribus, bien que ces derniers points aient été esquivés rapidement par le développeur chargé de la présentation. Il a tout de même laisser entendre que ces points seraient au centre de l’expérience de jeu, tout comme l’exploration d’un monde ouvert gigantesque. Finalement, Guerrilla, après dix ans de Killzone et de jeux tout gris, se lance dans un projet fou qui pourrait, avec un peu de chance et de talent, être la prochaine grosse sensation. Horizon: Zero Dawn est, à l’heure actuelle, toujours prévu pour 2016.