Sur les quelques dernières années les mécanismes d’infiltrations se sont gentiment créés une place au sein de la pool de mécanismes recyclés par la plupart des AAA. Ainsi, l’infiltration n’est plus une rareté comme auparavant, mais elle n’est plus, non-plus, centrale au gameplay. C’est ce vide que tente de combler le studio allemand Bearhands.

Grand Values: Monaco(GV:M) propose trois phases de jeux différentes: l’infiltration, le pickpocketing et l’escalade. Je n’ai pas eu l’occasion de jouer à cette dernière car selon les développeurs, elle nécessitait d’être affinée. Une déclaration que je veux bien croire en voyant la finition amenée à leur jeu.

Il est bien rare de jouer à un jeu indépendant de cette taille, avant sa sortie ni plus ni moins, et d’être impressionné par sa qualité. Effectivement, bien que GV:M implémente des idées simples, leur exécution est irréprochable. L’entrée, la sortie et le changement de couverture étaient fluides et bien animés et la prise en main s’était faite immédiatement avec un bon feeling. La phase d’infiltration demandait au joueur de se déplacer de sorte à éviter les ennemis avec comme seules défenses à disposition les murs et murets derrière lesquels il pouvait se cacher. Grâce au level design soigné, cette simplicité m’a forcé à prendre des risques que je n’aurais même pas pensé prendre dans un jeu orienté plus action. Je me glissais entre deux gardes avec un timing serré et j’en suivais d’autres de près tout en évitant les regards des ennemis plus statiques. Les gardes respectaient des règles rigides ce qui redonnait cette sensation de puzzle game que les jeux d’infiltration semblent tristement avoir perdu.

Grand Values Monaco Promo1

Même si les phases de pickpocketing étaient graciées de la même finition que l’infiltration, elle m’ont directement moins attirées. Elles étaient composées de QTEs et de mini-jeux d’adresse qui retranscrivaient les actions qu’effectuaient le personnage. Malheureusement, alors que les autres phases essayaient de minimiser la quantité d’interface utilisateur, cette partie en étaient recouverte au point où je ne suivais plus l’action en fond. Ces vols à la tire avaient l’avantage de tuer le rythme, ce qui semble bien sûr en être l’intention. Les niveaux sont ainsi découpés en plusieurs parties d’intensité différente ce qui rend chaque session de jeu plus active et d’autant plus excitante.

Même si nous n’en savons encore que très peu sur les phases d’escalade et comment elles complètent les parties déjà présentent, il est déjà clair que GV:M a du potentiel. Et si l’infiltration, ce n’est pas votre truc, gardez au moins un oeil sur Bearhands qui semble sur la bonne route pour créer du bon jeu vidéo.