Débuter une série de rendez-vous de jeux de rôle est toujours un exercice particulier. L’impression d’être soi-même pris dans une partie se fait tout de suite ressentir. Comme si un maître du jeu sadique lançait les dés du mauvais côté de la table. Ce que je peux vous dire, c’est que sur le moment, il faut savoir y voir un coup du sort plutôt qu’une orchestration divine. Retour sur The Bard’s Tale IV et Pathfinder, deux salles, une ambiance. 

Le saviez-vous ? The Bard’s Tale III est sorti en 1988 tandis que le premier opus, lui, date de 1985. Autant vous dire qu’on n’y a pas joué et qu’on est étonné de voir qu’un quatrième épisode est en production. Ce dungeon crawler continue d’être inspiré des livres et jeux de plateau du même nom, ce qui… est une bonne chose ? On ne sait pas. Il faut dire qu’avec l’ami Patrick, on a débarqué là-bas sans savoir de quoi il en retournait. Pour bien parfaire cette situation, la présentation avait une bonne vingtaine de minutes de retard, ce qui allait compromettre le rendez-vous suivant situé… la porte à côté. Bref, lorsqu’on est entré dans la salle et que le présentateur s’est mis à parler à une vitesse hallucinante de son jeu, sachant que le bruit environnant était plus fort que sa voix, il ne nous en a pas fallu plus pour nous sentir fatigués.

The Bard’s Tale IV est donc un jeu dans lequel les Bardes ont une certaine influence et racontent des aventures. Voilà. Franchement, c’est tout ce qu’on a compris. Quatre classes et différentes habilités sont à choisir et les combats se jouent en première personne au tour par tour. Malheureusement, on n’a pas pu réellement entrer dans les détails pour comprendre comment fonctionnait les mécaniques du jeu vu que notre présentation a été écourtée. Difficile dès lors de se faire un avis sur ce titre au-delà du fait qu’il s’agit d’un jeu de niche pour des joueurs ayant adoré la licence.

Sorti rapidement de The Bard’s Tale IV, nous sommes allés pile à côté voir Pathfinder, un autre jeu du même acabit: vieux, jeu de rôle, avec un présentateur peu enjoué à la voix faiblarde et monocorde. De quoi revivre un copié-collé en réel. Et franchement, ce n’est pas agréable. Sinon, c’est quoi Pathfinder ? Un jeu de plateau vieux de dix ans qui débarque sur PC. Youhou! Diront les fans. Quézaco? Diront les béotiens. Au menu, un RPG isométrique à la Baldur’s Gate ou Pillars of Eternity avec un aspect gestion et diplomatie en plus. En gros, de ce qu’on a compris, votre but est de développer votre royaume en quatre ans. Comprenez par là: envahir tous vos voisins ou les mettre à votre joug. Profond et travaillé, il ravira les fans du genre et les curieux qui ont entre 40 et 80 heures devant eux pour se lancer dans un jeu au lore très fourni. C’est un peu ce jeu à jouer si vous avez trois mois devant vous et l’impossibilité de jouer à autre chose.