Si quelqu’un vous parle du meilleur jeu de la Gamescom 2022 et que ce n’est pas Shadows of Doubt, alors cette personne vous ment.

Une ville procédurale en voxel. Un tueur en série en liberté. Un ancien flic reconverti en détective privée. Une récolte et une analyse des indices à base de ficelles rouges à relier. Et une exploration sans limite, permettant autant d’interroger les habitants que de passer par les conduits de ventilation en mode John McLane. Shadows of Doubt c’est le jeu que vous ne saviez pas que vous attendiez. Le téléphone sonne. Il faut se lever du lit, chercher à allumer la lumière et décrocher. Une lettre est glissée sous la porte d’entrée, sur laquelle se trouve les mots « retrouvez E. Wienerschnitzel » (ok, il s’appelle pas comme ça, mais son nom m’échappe; j’ai faim). À partir de l’annuaire, on dégotte une adresse, on active le GPS, on chope son imper’ et ses menottes, et on se met en route.

Shadows of doubt ville

On traverse la ville (c’est pas GTA, c’est à taille raisonnable) et une fois arrivé devant l’immeuble, on choisi entre frapper à la porte, la crocheter, la défoncer, entrer par les conduits de ventilation ou trouver la clé quelque part. C’est là qu’on découvre un cadavre qu’il va falloir identifier. Est-ce lui E. Wienerschnitzel? On peut prélever ses empreintes digitales et les comparer avec celles qu’on trouve (peut-être) dans l’appartement. Ou fouiller pour trouver son portefeuille et sa carte d’identité.

Mais qui l’a tué et pourquoi? En fouillant la poubelle, on peut trouver des indices sur l’endroit où la victime semblait se trouver une heure avant sa mort. Chaque fois qu’on ramasse un indice qui pourrait être utile, on peut l’ajouter à une liste de post-it. On pourra ensuite les relier avec les fameuses ficelles rouges pour en tirer les conclusions qui s’imposent. Au moment de ressortir de l’appartement, une voisine m’a vu et a appelé la police. Ils tirent à vue, alors je me suis retrouvé à l’hôpital. De là, on peut soit payer les frais médicaux, soit tenter de s’échapper.

Ce fut l’un de ces rendez-vous à la fin duquel il fallait appeler la sécurité de la convention allemande pour que je lâche le clavier. La sortie est prévue sur PC uniquement, pour une date encore approximative en 2023. Produit du dur labeur d’un homme seul, Shadows of Doubt proposerait apparemment des enquêtes assez variées et bien écrites. Alors, Monsieur le développeur Cole Jeffries, prend ton temps. Ménage toi et ta santé, ne crame pas ton enthousiasme. J’ai pas du tout envie que ce jeu soit annulé, surtout si tu bosses dessus depuis plus de trois ans.