Guns, Gore and Cannoli, du studio belge crazy monkey, est un jeu indépendant édité par Devolver, éditeur qui a l’art de dénicher les perles des créateurs indépendants, notamment les très bons Hotline Miami et BroForce. GG&C propose une atmosphère digne des films mafieux, mêlant humour et jeu de tir et sent bon la petite production de qualité. Ceci dit, être mafieux, c’est aussi être arnaqueur. Guns, Gore and Cannoli est-il un jeu de qualité ou vous escroquera-t-il ?

1

L’histoire se passe dans les années 20 pendant la prohibition aux Etats-Unis. Rien de bien révolutionnaire mais ça pose un décor intéressant de mafieux mangeurs de cannoli et de zombies dévoreurs de cerveaux, le tout soutenu par une bande son d’époque bien réussie. De votre coté, vous incarnez Vinnie Canolli, “l’exécuteur qui gagne honnêtement sa vie” ou en d’autres termes le classique tueur de la Mafia Italienne, sûr de lui, qui n’a peur de personne, et qui prend un malin plaisir à descendre tout ce qui bouge avec son éventail d’armes standards du parfait mafieux: pistolet Colt, fusil à pompe Remington, mitraillette Thompson, canon scié Winchester, cocktails Molotov et grenades. En plus de sa panoplie d’armes, Vinnie est capable de mettre de puissants coups de pied qui permettent de repousser les ennemis.

Ship

Au niveau du gameplay, il s’agit d’un beat’em all plutôt classique à la Metal Slug, ce qui implique des déplacements horizontaux avec l’unique possibilité de tirer dans la direction dans laquelle vous avancez. Ce choix de gamplay entraîne l’impossibilité de descendre d’une plate-forme et de tirer en diagonale, ce qui est bien dommage puisque le jeu reconnaît les tirs dans la tête. On aurait aimé pouvoir dégommer des ennemis de cette manière, surtout lorsqu’ils se trouvent sur une plate-forme. On tire ainsi toujours dans la direction dans laquelle on avance, ce qui empêche de tirer en reculant. Ajouté à cela l’impossibilité d’esquiver (de type roulade ou autre) et les combats prendront une saveur particulièrement difficile. En effet, s’il faut recharger sans pouvoir repousser l’ennemi au corps à corps, la barre de vie fond comme neige au soleil, avec presque aucune possibilité de vous extirper de la mêlée. Dernier petit problème, les balles s’arrêtent hors de l’écran, ce qui signifie que si vous tirez sur un ennemi qui vous lance des barils mais qui se trouve hors de l’écran, les barils arrivent jusqu’à vous mais vous ne pouvez pas l’atteindre avec vos balles.

4

L’intelligence artificielle est bien réussie, les ennemis sont très agressifs et finissent presque toujours à vous atteindre. Un léger stress est provoqué par l’arrivée fréquente d’ennemis des deux coté de l’écran, néanmoins contre balancée par l’utilisation astucieuse des différents « camps » à savoir qu’en plus des zombies, il y a des mafieux adverses, des militaires, des rats “mutants” etc… L’IA est ainsi constamment mise à contribution et s’attaque entre elle, mais cela reste une mécanique relativement  peu usitée. Ces ennemis se retrouvent dans différents niveaux, ce qui nous amène à parler du game design qui n’est pas trop répétitif. On sent bien là le désir des développeurs de varier les environnement, ce qu’ils ont réussi en exploitant et en mettant à profit la diversité des mécaniques de jeux. On pense notamment à un niveau tout en verticalité ou à un niveau avec des tranchées. Bien qu’il soit difficile de varier dans le domaine du beat’em all 2D, ce titre réussit à ne pas tomber dans le travers de faire des niveaux uniquement pour faire du contenu mais amène réellement de la nouveauté et de la variété au fil du jeu.

Guns, Gore and Cannoli comprend un mode multijoueur mais uniquement en local sur un écran. Si vous espériez dézinguer du zombies en collaboration avec d’autres joueurs, il va falloir se déplacer jusqu’à eux, ce que je n’ai malheureusement pas eu la chance de faire, enfin je me doute bien que comme moi, si vous aimez les jeux vidéo, vous ne pouvez pas avoir d’ami réel.

Pour les énervés qui ont le projet de venir chez moi pour m’expliquer à coût de lance flamme que ce cliché n’est pas vrai, un conseil, défoulez-vous plutôt sur ce titre de bonne facture, plaisant à regarder, distrayant, défoulant, car il vous en coûtera bien plus que cette dizaine de francs (que coûte le jeu sur steam) pour arriver jusqu’à moi. Et ce qui est sûr, c’est qu’on est loin d’une escroquerie, pas comme les cannoli (spécialité sicilienne qui sert à Vinnie à remonter ses points de vie) que je suis allé chercher en finissant ma critique: hors de prix et quelconque.  J’ai un service à vous demander, merci de m’indiquer dans les commentaires un bon traiteur italien où je pourrais trouver de vrais et bons cannoli !

Les fameux Cannoli qui vous servent à remonter vos points de vie

 Disponible sur PC et Xbox One