Hard west est un jeu développé par CreativeForge, il s’agit d’un jeu de stratégie du genre de la vieille mais excellente licence “commandos” de Pyro studios à la nuance qu’il se déroule au tour par tour et dans une ambiance de western. Ce jeu a été lancé via Kickstarter et a facilement trouvé le financement grâce à ses quelques très bonnes idées. Mais la question demeure: la réalisation de ces idées en jeu est-elle satisfaisante ?

HardWest3

L’histoire se passe durant la ruée vers l’or avec un scénario assez torturé. Vous incarnez un pauvre chercheur d’or à qui il arrive plein de misères, notamment à sa famille qui se fait attaquer d’entrée. Cela entraîne notre chercheur d’or à devoir côtoyer les pires voyous du far west, voire même les pires démons. Le jeu se déroule donc dans un univers mélangé entre Satanisme et Far West ce qui rend la chose très sombre. La campagne se déroule sur 8 chapitres plutôt court et avec un reset de tout le matériel récupéré, statistique ou autre chose accumulée lors de l’aventure à chaque nouveau chapitre, ce qui est vraiment désagréable car la sensation d’avoir accompli quelque chose et d’avoir progressé se voit tout simplement enlevée.

HardWest2

Le gameplay est très vite pris en main et est plutôt séduisant malgré quelques petits bugs (notamment sur la gestion des étages qui entraîne de faux mouvements); il s’agit comme expliqué précédemment d’un tour par tour avec la possibilité de tirer entre 1 et 2 coups par tour et par personnage, de se déplacer, de se mettre à couvert, de recharger, de boire un petit coup ou encore d’utiliser un pouvoir spécial. Il y a un réservoir de 2 actions par tour et par personnage. La phase plutôt ennuyante à mon goût est la partie “pouvoir spécial”: elle est gérée par des cartes de poker que vous débloquez au fil de la partie et que vous pouvez attribuer à chaque personnage pour leur octroyer des compétences ou améliorer leurs statistiques. J’ai trouvé ces moments inintéressants car cela ne rajoutait pas énormément de plaisir de jeu et prenait du temps à mettre en place, à lire et comprendre les cartes, ce d’autant qu’à chaque nouveau chapitre, il fallait remettre ça en place. Et c’est bien tout le problème, le level design du jeu est au service de l’histoire, elle est intéressante mais n’apporte pas grand chose au niveau gameplay, on est donc rapidement ennuyé par des mécaniques de jeux répétitives avec des prises de décision longue, toutes semblables, sans grand intérêt et sans grand impacte.

HardWest

Les graphismes sont assez ternes et la bande-son plutôt monotone, j’ai eu l’impression de jouer à un vieux jeu et d’entendre en boucle la même piste. Malgré tout, l’esthétique sombre de cet univers lugubre colle bien à l’esprit du jeu qui se veut plutôt maléfique avec des références à l’enfer et à Satan. Le gros problème réside dans l’ambiance sonore, beaucoup trop terne. Si la musique nous emmène dans l’univers la première heure, on se demande pourquoi diable cela ne change jamais par la suite et on cherche un moyen de la désactiver. Ce qui est dommage, c’est que la remplacer par de la musique personnelle n’est pas vraiment une bonne alternative, et cela a donc généré chez moi un vrai casse-tête: musique répétitive et fatigante à la longue ou une grand perte de l’ immersion ? Faites votre choix.

Hard West, projet kickstarté, était relativement attendu. Bien qu’ayant de bonnes idées, on ressent très vite de l’ennui et de la frustration, notamment après avoir accumulé un arsenal correct et le voir disparaître à chaque nouveau chapitre. Il y a cependant un quelque chose qui m’a poussé à y retourner régulièrement, histoire d’éliminer au pistolet quelques adversaires biens stupides. Il faut donc nuancer la conclusion: le jeu est sympa, on y passe un bon moment et tuer au revolver au tour par tout était pour moi vraiment excitant bien que stratégiquement peu compliqué. Pour résumer, ce jeu n’est pas un caillou peint en jaune pour vous arnaquer mais sans doute pas une pépite d’or, c’est plutôt un amas de simples paillettes dorées qui vous offrira un peu de distraction.