Ecrit par Morvan Maréchal

Développé par le studio Naughty Dog (qu’on ne présente plus aujourd’hui), la série Uncharted est devenue en seulement trois épisodes, l’IP qui définissait Sony au cours de la génération précédente. Après trois épisodes mémorables sur Playstation 3, un sur Vita et une version remasterisée sortie il y a quelques mois, la Playstation 4 s’apprête à recevoir l’opus mettant un point final à l’épopée de Nathan Drake (« Nate » pour les intimes). Archétype du héros « cool » à l’américaine, il est au carrefour de nombreuses icônes populaires, américaines comme internationales.

Un soupçon de Tintin

tintin

Le petit reporter belge, grand-père des aventuriers de la culture pop, a donné au héros son côté curieux et son caractère bien trempé face à des organisations criminelles bien plus imposantes que lui et sa personne. On trouve également chez le compagnon de toujours de Drake, Sully, un côté capitaine Haddock, le premier préférant toutefois les cigares à la pipe et le bourbon au whisky écossais.

Une cuillerée de Jason Bourne

bourne_identity_fight_scene

De Jason Bourne, Naughty Dog a transmis à son héros ses connaissances de l’infiltration, du pugilat et des combats. Fluide, toujours en mouvement, Drake est capable de se faufiler derrière ses adversaires pour leur briser la nuque ou les pousser d’une falaise. Drake et l’agent secret utilisent assez de leurs poings pour se débarrasser de leurs adversaires et, comme pour Bourne, Drake est souvent accompagné de sidekicks aux caractères bien trempés qui lui donnent un coup de main (au propre comme au figuré) lors de ses explorations ou des affrontements.

Un peu de Shwarzy et la bande des gros musclés

crop2_arnoldthepredator1

Héros indestructible aux capacités surhumaines (Drake ayant plusieurs fois réussi à s’accrocher à une paroi rocheuse après un saut de plusieurs mètres dans le vide), l’aventurier rappelle parfois également les personnages bodybuildés des films d’actions américains des années 1980. Mettant à mal des troupes mercenaires de plusieurs centaines d’individus à lui tout seul à grands renforts de canons sciés et de punchlines tordantes, le héros de Uncharted mérite son surnom de « One Man Army ». Ses ennemis n’hésitant carrément pas à se moquer justement de ces situations ubuesques (cf. Lazarevic à la fin d’Uncharted 2 : Among Thieves).

Une grosse poignée d’Indiana Jones

indiana-jones-5-reboot-movie

De loin la référence la plus évidente de cette liste. Historien, archéologue, tueur de nazis, le professeur Jones a inspiré bien des héros, y compris Nathan Drake : tous deux sont jeunes et assoiffés de trésors et de connaissances, avec peut-être des idéaux beaucoup moins valeureux pour le héros de Naughty Dog, préférant la gloire et la richesse plutôt qu’aller placer des artefacts dans un musée. Cependant quand ils sont dans les parages, l’UNESCO peut s’attendre à grincer des dents.

Plein de Tomb Raider

tomb raider

Dès les premières minutes du premier opus, les similitudes avec Lara Croft (elle-même inspirée d’Indiana Jones) crèvent les yeux : archéologues face à des organisations bien décidées à conquérir le monde, les aventures des deux héros débutent par la recherche d’un trésor sans autre but que la gloire personnelle. Celle-ci se transforme ensuite en une quête dont l’objectif est d’empêcher ladite organisation de parvenir à ses fins (en volant/détruisant les artefacts convoités). Et bien que Nathan Drake soit inspiré de Lara Croft, les derniers reboots mettant la jeune aventurière à rude épreuve (dans un ton même plus violent que Uncharted) sont directement issus des aventures du héros de chez Sony.

Uncharted 4 sort le 10 mai. Si ce dernier épisode permettra à Naughty Dog de clore définitivement les aventures de leur héros, Nathan Drake restera une figure du jeu d’action qui inspirera sûrement à son tour d’autres héros.