Développé par HI-rez studio, Paladins est un FPS basé sur des classes, comme peuvent l’être Overwatch ou Battleborn, à ceci près qu’il est doté d’un système de cartes à collectionner. HI-rez studio a également développé Smite, un MOBA intéressant qui se joue en TPS et ayant une bonne fanbase. Les différents tournois sur ce jeu ont d’ailleurs un cash prize conséquent. Jusque-là, on peut penser que Paladins aura un avenir semblable bien qu’il risque d’évoluer dans l’ombre de plus grosses licences. Après quelques heures sur la bêta fermée, voici nos impressions.

maxresdefault

Les classes sont représentées comme des personnages, chacun a son arme de tir ayant ses caractéristiques et ses propres sorts. Il en existe 9 pour le moment mais il est prévu que d’autres sortent dans l’avenir. Les map étant relativement grandes, il est possible de chevaucher une monture, un cheval normal, ou un cheval de feu qui pète un peu plus si vous avez décidé de payer pour avoir accès à cette bêta. Les combats sont dynamiques bien que très brouillons dans les premières minutes de jeu, le temps de comprendre ce qui se passe à l’écran. Concernant mon expérience de jeu immédiate, je me suis amusé et l’ensemble reste simple mais intéressant. Pour le moment, il existe deux modes de jeu : un mode « casual », qui tire au sort entre capture de point et escorte de canon jusqu’à la base adverse pour tout détruire, chaque équipe ayant à tour de rôle un canon qui apparaît sur la carte; et un mode « siege », qui combine les deux. Les parties sont plus longues dans le deuxième et j’avoue avoir largement préféré le premier qui permet d’éviter certaines frustrations, comme par exemple de ne pas voir le canon de son équipe de la partie.

Côté graphisme, ce n’est pas exceptionnel, mais l’aspect cartoon des personnages et de l’environnement m’a séduit et il est agréable de se déplacer dans l’environnement et de voir toutes les animations de combat. Quant aux personnages, point très important dans ce style de jeu qui met beaucoup l’accent sur la prestance de ces derniers, ils ont tous leur petite caractéristique. Seul soucis : je n’ai réellement accroché à aucun visuel, il y en a bien un ou deux qui me font rigoler ou que j’apprécie particulièrement, mais rien qui me transporte réellement. Ceci n’étant que mon avis, vous trouverez peut-être un personnage que vous adorerez.

Paladins souhaite se démarquer des autres jeux du genre par son système de cartes uniques à collectionner qui sont reliées à chaque personnage. A chaque fois que vous montez de niveau pendant la partie, vous pourrez choisir une carte qui augmente vos dommages, vos points de vie et améliore l’efficacité d’un de vos sort. Ce système est relativement bien pensé puisqu’il empêche le joueur de mettre uniquement en avant les cartes rares, sachant qu’il existe plusieurs types de cartes (communes, rares, épiques et légendaires). Vous pouvez avoir une boite de 5 cartes en gagnant une partie chaque jour, les acheter avec de l’argent du jeu ou de l’argent réel. Bien que le système semble relativement intéressant, c’est également le gros point faible de Paladins. Certaines cartes sont vraiment trop fortes et pourrissent votre expérience de jeu. Je n’ose pas imaginer combien de fois je me suis retrouvé face à un adversaire qui avait une carte qui rendait le personnage extrêmement fort et impossible à tuer. Ce système étant « pay-2-fast » (payer pour aller plus vite dans votre progression), je ne peux pas jouer la carte du « il n’y a que les riches qui gagnent ». Je n’apprécie réellement pas ce système et d’autres joueurs en jeu ont également eu quelques plaintes à ce sujet lors de mes discussions entre deux morts. Cela peut vite décourager les nouveaux joueurs. Je prends bien évidemment en compte que ce système de « pay-2-fast » marche très bien pour Hearthstone, toutefois nous ne sommes pas dans un jeu de cartes (compétitif ou non), mais dans un fps qui souhaite devenir compétitif dans le futur.

Encore quelques mots concernant l’équilibrage du jeu. Certains personnages sont vraiment trop frustrants à affronter, comme le personnage pouvant se rendre invisible, fait d’immenses dommages, s’en sort toujours vivant et vous met dans un état de « peur » où vous ne pouvez plus jouer pendant 1 seconde. Bien que cela peut sembler peu dans un fps, cette seconde signifie généralement votre mort. Il est clair qu’équilibrer les personnages qui peuvent se rendre invisible est compliqué, soit ils sont trop forts et détruisent le jeu, soit ils sont vraiment nuls et ne servent à rien. J’apprécie beaucoup les jeux où les invisibles n’existent pas, cela permet d’éviter ces moment frustrants où on se fait tuer sans s’y attendre par quelqu’un qui sort de nul part.

Smite ayant une place claire dans l’horizon E-Sportif, il est juste de se demander comment va se trouver Paladins, que ce soit en tant que jeu compétitif et face à ses concurrents. Selon moi, le jeu aura une niche de joueurs passionnés avec des compétitions, toutefois cela n’ira pas plus loin. Face à Overwatch, Battleborn ou encore Paragon, Paladins risque de se faire rapidement distancer en surfant sur la vague des FPS basé sur les classes.

Bien que m’ayant beaucoup amusé par moment, Paladin est lacunaire. Son système de cartes à collectionner qui le différencie des autres jeux pose problème et est clairement le plus gros point faible de celui-ci. Est-ce que cela en fait un mauvais jeu ? Non, mais cela ne lui permet pas d’être un jeu excellent non plus. Si certains adopteront totalement le système de cartes, moi je l’ai rejeté et j’en ai tout simplement horreur. Résultat mitigé pour ce titre que je surveillais pourtant depuis quelques temps.