Lancée en 2014, Steelseries redonne un coup de jeune à sa “Rival” pour se décliner en plusieurs coloris dont un en hommage au FPS : Counter Strike.  Le capteur laser passe aux oubliettes. Ici c’est l’optique qui fait son grand retour. Un périphérique qui sent le réchauffé, chose plutôt atypique dans le monde du “gaming”. Plein de petits éléments pour un objet qui se veut très grand.

dav

Steelseries a toujours su attirer un public de moyenne gamme mais s’est peu à peu effacé face à Roccat. L’arrivée de cette Rival 300 à plusieurs couleurs, surtout blanc et noir, rappelle furieusement les produits de la marque au fauve bleu. C’est sur le détail que Steelseries l’emporte. En effet il est possible de changer la plaquette gravée “Rival” tout à l’arrière de la souris, par son pseudo par exemple. Les plans 3D sont accessibles, une chose que Roccat reprendra sur sa “Nyth”. Une petite guerre s’est donc installée pour le plus grand bonheur des consommateurs au vu des prix proposés par les deux fabricants.

hdr

Un blanc très brillant qui lui donne de la robustesse, une taille des plus grandes, quasiment “massive”, voilà comment qualifier cette souris pour droitier. Et pour cause, elle se dote d’une longueur avoisinant les 14 centimètres. De quoi poser dessus toute votre main sans que vos doigts ne dépassent de celle-ci. Le revêtement, lui, est nettement moins original. Brillante à souhait, cette version blanche fait transpirer. Au bout d’une petite demi-heure, la souris prend toute la chaleur de la main et devient désagréable au touché, un mauvais point à signaler. Autre détail négatif : les deux boutons prévus pour le pouce sont quant à eux mous. Le reste de la composition est de meilleure qualité. Les grips sur les côtés ont une grande surface et la main y adhère bien. La molette ainsi que le logo sont lumineux et les couleurs sont interchangeables grâce à différents modes d’éclairage.

sdr

Le capteur optique, une technologie qui s’est effacée avec le temps au profit du laser, revient sur ce modèle. Ce capteur monte à 6500dpi et le taux de rafraîchissement est quant à lui toujours de 1000Hz, aucune différence n’est notable lors de son utilisation, en comparaison avec une souris laser. Peut-être qu’une simple histoire de coût est à l’origine de ce changement technologique. Les boutons au nombre de 6 sont tous programmables via le software “Steelseries Engine” qui se montre très facile à prendre en main en comparaison de ceux de certaines autres marques.

sdr

Finalement cette Rival 300 m’a laissé sur ma fin. Un petit prix certes (70€), mais au détriment de la qualité. Le capteur choisi ne change pas grand chose tout comme son changement de nom depuis l’année dernière. Elle peut avoir un certain intérêt pour ceux qui cherchent une très grande souris et qui aiment avoir les mains froides.