De nos jours, les sports de combat se font encore dans un monde bien réel. Que l’on aime ou non, une certaine violence règne dans chaque confrontation. Unreal Tournament est parti de là avec une vision juste plus futuriste. Les concurrents sont bien physiques mais se battent dans un environnement virtuel. Un système où tout devient permis et dans lequel aucune limite n’est imposée. Nerveux, rapide, gore, brutal, les membres se déchirent sous l’effet d’armes hors du commun, et le ring devient un milieu ouvert. Maintenant vous savez ce qui vous attend! Alors préparez vous à user votre souris et à faire battre votre coeur bien plus vite.

ue4_ut_prealpha_dm-outpost23_151

Unreal, Quake, puis Unreal Tournament et Quake Arena, deux jeux, deux idées qui ont aboutie à la même conclusion. Au départ, Unreal s’est doté d’un solo, une aventure, comme tout bon fps de l’époque, marchant sur les plates-bandes d’un certain Quake que le public avait largement apprécié. C’est finalement ce dernier qui a fait le choix en 1999 de nous pondre un somptueux shooter en arène, Quake 3 Arena. En toute logique, la même année le grand Unreal Tournament faisait son entrée. Il n’y a eu qu’un seul autre essai en 2002 avec un certain Unreal 2 : The Awakening qui s’est fait très discret. Nous voici donc un peu plus d’une quinzaine d’années après ce premier volet avec un nouveau titre. Le cinquième de sa lignée, qui offre un développement communautaire et une phase Alpha ouverte à tous. Rien n’a changé, le meilleur a été conservé. Le fun, l’explosivité, la rapidité, la violence tout y est avec des changements plutôt appréciés. Pour un fan, c’est un vrai cadeau qui tombe du ciel. 

UE4-Win64-Test 2015-09-21 01-39-03-48

Cette alpha nous donne accès à un peu moins d’une trentaine de maps tandis que seulement cinq d’entre elles sont complètement abouties. Les autres sont toutes aussi jouables mais généralement en manque de textures.  Quelques modes de jeux sont à l’honneur dont les classiques TeamDeathMatch et CaptureTheFlag. Les armes n’ont pas changé et c’est avec nostalgie qu’on a plaisir à les employer. Les modes de tirs sont toujours au nombre de deux avec leurs avantages comme leurs inconvénients pour chacun d’eux. Les “dialogues” refont surface avec pour certains des intonations différentes mais les paroles ne changent pas. Le jeu a su garder tout ce qui en a fait le succès et la sensation de retomber dans le passé est omniprésente. Le vrai changement se trouve du côté visuel puisque la réalisation est bluffante. C’est une vraie claque, l’Unreal Engine 4 est exploité à merveille. Les effets de lumières sont saisissants, les textures superbes même de près, tout défile à une vitesse incroyablement rapide. Aucune chute de framerate n’est à signaler même dans une mêlée. Seuls quelques petits soucis dans l’affichage et la navigation des menus est à déplorer. La customisation très pauvre de notre personnage est tout de même disponible avec à nouveau la possibilité de choisir son pas de danse pour la caméra de finish, mais encore faut-il finir premier. Petit détail, pour le moment les véhicules ne sont pas au rendez-vous.

Voilà ce que vous devez à peu prêt savoir sur ce Unreal Tournament “2015”. Epic nous donne la chance de jouer à son prochain défouloir. Une version loin d’être finie mais qui se laisse déjà savourer pendant des heures et des heures. L’autre bonne nouvelle vient du côté des serveurs toujours remplis. Aucun souci de stabilité n’est à déplorer. Un mode LAN a aussi été inclus, et le système d’ami est déjà en place. Les parties sont rapides, pleines d’énergie et la tension est présente du début à la fin. Que vous soyez fan de la série ou simplement fan de frag assoiffé de compétition, ceci est pour vous. Qui voudrait passer à côté d’un jeu gratuit ambitieux, même si l’essentiel est récupéré des anciens volets? Pas nous en tout cas. Bon frag!