01

Il y a presque deux ans, nous vous parlions de Out There dans plusieurs articles qui ont malheureusement disparu depuis. Ce jeu mobile mêlant stratégie et narration nous avait particulièrement marqué. Alors quand son sympathique développeur, Michael Peiffert, change de costume et enfile celui d’un éditeur, il y a de quoi grandement s’intéresser au produit édité. Ce dernier, un point’n’click cyberpunk nommé Void and Meddler, lorgne en direction de Hotline Miami d’un côté et de Blade Runner de l’autre. De quoi nous intriguer.

Développé par NO cvt, studio lyonnais, Void and Meddler propose de suivre l’aventure de Fyn, une jeune femme au caractère bien trempé, partie à la recherche de souvenirs. Evoluant dans une société particulièrement déprimante où les personnalités et les races sont interchangeables, où l’humanité semble désenchantée, Fyn tente désespérément de retrouver des souvenirs purs et solides, de regoûter à son humanité.

02

Crasseuse, sale, l’ambiance de Void and Meddler est sans doute ce qui frappe en premier l’esprit du joueur. Doté d’un caractère graphique extrêmement engagé, le jeu de NO cvt se détache très clairement des produits indépendants actuels. Exit le côté “rétro”, Void and Meddler tente de s’affranchir de ces limites pour offrir aux yeux un spectacle étonnant. Certes, les pixels sont toujours présents, mais il se dégage des différents tableaux une modernité bienvenue. L’univers de Void and Meddler se charge à lui tout seul de plonger le joueur dans un monde cyberpunk où la drogue, les néons et la musique synthétique forment le quotidien de Fyn. La bande-son, justement, est autant brutale que le propos de ce point’n’click. Chargée en électricité, elle cristallise les actions du joueur, le laissant simplement dans la contemplation des tableaux. Rien que pour ces aspects, Void and Meddler mérite le détour.

03

En terme de gameplay, Void and Meddler est plutôt classique. Les tableaux s’enchaînent, les énigmes se suivent et les objets s’assemblent. L’interface permet différentes actions et dialogues. Très classique sur cet aspect-là, on aurait aimé certaines transgressions du genre point’n’click. Cela aura sans doute accentué le côté dérangeant de Void and Meddler. Ceci dit, ce dernier n’est pas pour autant un mauvais point’n’click, au contraire. Il s’agit simplement de constater que les habitués ne trouveront sans doute pas un challenge à la hauteur de leurs espérances. Quant aux autres, ils se délecteront sans doute de certains passages et personnages mais sans forcément en retenir grand chose. On espère vivement que la suite saura développer certaines thématiques à travers plusieurs énigmes.

Void and Meddler, point’n’click épisodique, met en scène un univers cyberpunk sale où la drogue et la grosse musique qui tâche dominent le monde. Au milieu de tout cela traine une jeune femme, Fyn, en quête de souvenirs et de son humanité. Marquant de par son ambiance et sa bande-son, Void and Meddler l’est un peu moins par son gameplay. Mais qu’importe, la patte graphique et le sentiment de désenchantement qui s’en dégagent suffisent à trouver dans cette oeuvre un propos original et mâture.