Quand un jeu se vante de mélanger des jeux mythiques tels que After Burner ou Starfox, il est vrai que cela peut attirer l’attention de plus d’un joueur. Et ça tombe bien, c’est le cas de Voxel Blast, jeu du studio Ceiba Software. Mais si de nos jours, le résultat ressemble à ça, il vaudrait alors mieux annuler le prochain Starfox. Car au lieu de laisser un sentiment de joie avec une touche de nostalgie, ce jeu ne nous laisse que de la colère et de la frustration.

Builds 05.16.2015 - 12.23.32.21 18

Voxel Blast dispose de 3 modes de jeux : Le Challenge mode, où vous devrez rentrer dans des checkpoints en un temps imparti. Rien de bien fou donc mais avec 20 niveaux, à la difficulté croissante et dont la formation varie, ce mode de jeu saura vous amuser durant une petite heure avant que vous en ayez marre et passiez à un autre mode. Le Survival mode, où vous devrez survivre le plus longtemps possible face à des vagues d’ennemis assez différents les uns des autres, en les zigouillant avec vos différentes armes. Le Arcade mode, qu’on peut également considérer comme le mode Histoire, qui mélange en quelque sorte les deux modes précédents. Vous devrez rentrer dans des portails représentés par les mêmes checkpoints qu’on trouve dans le Challenge mode, en se se déplaçant à travers de grandes structures en mouvement qu’il faudra éviter. Puis, après être rentré dans ces portails, vous serez téléportés dans une grosse sphère où vous devrez combattre quelques ennemis avant de retourner dans la zone précédente, et recommencer votre tâche, etc…

441432905_preview_Capture5

Mais ces 3 modes de jeux, aussi drôles soient-ils au début, deviennent vite répétitifs et surtout mal équilibrés, avec la présence d’une I.A détestable. Du coup, oubliez le mode Survival. Et pour ce qui est du mode arcade, seule la partie où vous vous déplacez de portail en portail est intéressante, ce qui revient au Arcade mode. Mais attention, le jeu se veut également multijoueurs ! Ainsi, il intègre un Deathmatch Mode pour jouer en online avec ses amis. Le problème ? Les serveurs sont vides ! Nous n’avons même pas eu la possibilité de l’essayer !

Mais du coup, ce manque de qualité des modes de jeux rabaisse la qualité globale du jeu, par la non-utilisation de certains éléments, que ce soit le multijoueurs, mais également les différents types de vaisseaux, que vous débloquerez après avoir réussi à récolter un certain nombre de points. Ceux-ci se jouent différemment, et ont d’autres armes, ce qui offre une certaine re-jouabilité, un apprentissage du maniement des armes et un esprit tactique en fonction des niveaux.

ShipSelection1

Et pour ce qui est de la direction artistique, le jeu se veut rétro, avec des environnements spatiaux des années fin 80, une DA à base de lignes aux couleurs électriques et de fumée composée de cubes. Encore, sur ce point-là, le jeu ne s’en sort pas trop mal, même si les développeurs ont pris la voie de la simplicité. Mais c’est pour la bande-sonore que ça se corse. En effet, l’OST est vraiment très bizarre et les instruments virtuels qui la composent sont tous plus éloignés de la réalité les uns des autres… Mais attendez. Peut-être que c’est la réaction qu’a essayé de procurer le compositeur ? Finalement, on pourra voir cette OST sous deux angles différents, d’un coté, un travail basique de piètre qualité, ou au contraire, un travail avec un minimum de recherche qui saura donner des sentiments aux joueurs. On ne saura probablement jamais ce qui est passé par la tête du compositeur, mais si c’est la seconde possibilité qu’il avait envie d’exprimer, alors il devrait s’entourer de musiciens, car celui-ci a tout de même un certain talents. Particulier, certes, mais un talent quand même.

Non, Voxel Blast n’est pas mauvais, mais plutôt inachevé. Il reste encore beaucoup de chemin aux développeurs de Ceiba Software avant que leur jeu ne devienne bon, mais ses bases sont bien solides. Malheureusement, celui-ci risque de vite se faire oublier dans les méandres de Steam, car à 11,99€, il ne vaut peut-être pas le coup.

Voxel Blast – Ceiba Software. Windows, Mac, Linux